Le 20 juin, c’est la Journée mondiale des réfugié.e.s

Le 20 juin, nous célébrons, dans le monde entier, la Journée mondiale des réfugié.e.s, et ce, depuis 2001, année du 50ème anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

Source : ONU

 

Les objectifs de la Journée mondiale des réfugié.e.s

« Chaque minute, 20 personnes doivent tout abandonner pour échapper à la guerre, à la persécution ou à la terreur. » – ONU

Proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies, la Journée mondiale des réfugié.e.s poursuit différents objectifs. Elle vise, en outre, à rendre hommage et à célébrer la bravoure et la détermination dont ont fait et font preuve, chaque jour, des millions de personnes déracinées, contraintes de fuir leur lieu d’origine. Cette Journée internationale est également organisée dans l’optique de sensibiliser chacun.e d’entre nous à la cause des réfugié.e.s, qui comptent parmi les populations les plus vulnérables et marginalisées.

La FFCU met à votre disposition une fiche pense-bête sur cet évènement. Au programme : définitions, chiffres et informations sur la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Vous pouvez la télécharger en cliquant ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les particularités de la 19ème édition de la Journée mondiale des réfugié.e.s

« En cette période de Covid, nous célébrons les réfugiés qui sont en première ligne pour combattre la pandémie, avec le soutien de leurs pays d’accueil et des travailleurs humanitaires. Nous avons vu des héros du quotidien issus de toutes les couches sociales se proposer pour rejoindre les forces vives.  » – HCR

Depuis maintenant plusieurs mois, le monde est secoué par la pandémie de COVID-19. Si celle-ci n’épargne aucun continent ni aucune population, les réfugié.e.s y demeurent néanmoins fortement exposé.e.s : en effet, plus de « 80% [d’entre elles/eux] se trouvent dans des pays à faible et moyen revenu » (Source : ONU). Qui plus est, les réfugié.e.s ne bénéficient souvent que d’un accès limité à l’eau, aux soins et aux installations sanitaires. Elles/ils constituent, ainsi, une population particulièrement vulnérable aux effets et conséquences du coronavirus.

Compte tenu de ces différents éléments, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a multiplié les actions afin d’assurer la protection des réfugié.e.s, fournissant du matériel d’hygiène, de l’eau et des soins médicaux, et travaillant de concert avec les gouvernements. Il a, par ailleurs, axé sa campagne de 2020 sur la solidarité, avec pour « objectif de nous rappeler que chacun d’entre nous peut agir et apporter un changement positif à la société, pour un monde plus juste et inclusif, car « ‘chaque geste compte‘ » (Source : ONU).

A l’occasion de la 19ème édition de la Journée mondiale des réfugié.e.s, le HCR nous propose de découvrir les récits de réfugié.e.s qui, malgré les difficultés, se sont mobilisé.e.s pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Ces récits sont à retrouver ici.