Le 21 mars, c’est la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

Le 21 mars prochain, nous célébrerons, dans le monde entier, la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. L’objectif ? Éveiller les consciences à la problématique de discrimination raciale et ethnique, dont continuent à souffrir des millions de personnes. Cette Journée est également l’occasion d’effectuer un bilan des actions entreprises jusqu’alors, pour adapter au mieux les moyens mis en œuvre.

Source : ONU

Le 21 mars, une date symbolique

Si cette Journée se déroule le 21 mars de chaque année, ce n’est pas le fruit du hasard. En effet, cette Journée, proclamée en 1966 par l’Assemblée générale des Nations Unies, vise à commémorer le 21 mars 1960 : ce jour-là, à Sharpeville (Afrique du Sud) «  la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre les lois relatives aux laissez-passer imposées par l’apartheid » (ONU).

La discrimination raciale, une pratique théoriquement abolie mais persistante

Bien que le régime d’apartheid et les législations et pratiques racistes ont, pour un certain nombre d’entre eux/elles, été aboli.e.s et/ou sont désormais prohibé.e.s, des millions de personnes en sont encore et toujours victimes chaque année.

Source : ONU

Le 21 mars, l’heure du bilan de mi-parcours de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024)

En décembre 2013, l’Assemblée générale a adopté une résolution proclamant la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine. Cette dernière a officiellement débuté le 1er janvier 2015 et prendra fin le 31 décembre 2024. Son thème ? « Personnes d’ascendance africaine : considération, justice et développement ».

 

Source : ONU

La discrimination raciale n’ayant pas de frontière, la communauté internationale, dans son ensemble, doit se mobiliser :  dans le cadre de la Décennie internationale, les États Membres, mais également les organisations internationales et régionales sont, à ce titre, amené.e.s à agir de concert, afin de répondre concrètement et en pratique aux multiples objectifs de la Décennie.

Il s’agit notamment de « promouvoir le respect, la protection et la réalisation de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales des personnes d’ascendance africaine » (ONU), tout en renforçant les cadres juridiques existants – qu’ils soient internationaux, régionaux ou nationaux, pour mettre fin à toute forme de discrimination raciale.

Ainsi, ce 21 mars 2020 sera l’occasion d’effectuer une examen des progrès accomplis en matière de lutte contre la discrimination raciale à l’égard des personnes d’ascendance africaine. Affaire à suivre !

En bonus, nous vous proposons de revenir sur l’histoire incroyable et inspirante de Jesse Owens !