Compte-rendu : Café Envie d’Agir – Précarité menstruelle

Ce mardi 26 novembre 2019, la Fédération Française des Clubs pour l’UNESCO a accueilli au sein de son Espace Cultur’Ailes le Café Envie d’Agir – Précarité menstruelle. Initié par l’association Astérya, association dont le but est de favoriser et d’accompagner l’engagement citoyen, le Café Envie d’Agir réunit des associations, des bénévoles et des personnes souhaitant se mobiliser autour d’un thème donné pour trouver des solutions ensemble et s’engager collectivement ou individuellement.

 

Cette édition portait sur le thème de la précarité menstruelle, définit comme difficulté ou manque d’accès des personnes réglées aux protections hygiéniques à cause de leur précarité. Accompagnée par Règles Élémentaires, association qui lutte contre la précarité menstruelle et le tabou autour des règles, Astérya a proposé un ensemble d’activités et d’ateliers pour trouver des solutions et agir contre ces problèmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

La première partie de la soirée s’est organisée autour d’un débat mouvant. Le principe : l’animateur.trice pose une question et propose deux réponses, chaque membre du public doit se placer du côté qu’il.elle préfère, ou au centre dans la « rivière du doute » s’il.elle ne sait pas où se positionner. Les questions portaient principalement sur des manières d’agir, par exemple :

  • Préférez-vous créer une pétition contre la précarité menstruelle ou créer une association étudiante pour agir contre ce problème ?
  • Préférez-vous laisser des protections à disposition chez vous ou recenser les toilettes qui disposent de lavabo pour les personnes qui utilisent la cup ?

 

Ce débat mouvant a donné lieu à de nombreux questionnements concernant les manières d’agir les plus efficaces. Chacun.e pouvait choisir de changer de camps si les arguments opposés l’intéressaient.

 

 

En deuxième partie, l’assemblée s’est divisée en deux groupes assis autour de tables. Les animatrices ont mené des débats sur le thème de la soirée en partant d’un quizz auquel les participant.e.s pouvaient répondre. Parmi ces questions

  • Quelle somme dépense-t-on en protections périodiques dans une vie ?
  • Qu’est-ce que l’endométriose ?
  • Quelles formes de protections périodiques existent ?

 

Chacun.e a pu partager son expérience personnelle ou évoquer des exemples observés dans leur entourage, notamment pour les hommes présents ce soir-là.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La soirée était illustrée par une projection d’art menstruel de divers artistes travaillant sur les règles et avec le sang. Une collecte de protections périodiques a également été mise en place pour être redistribuée aux plus démuni.e.s. Ce Café Envie d’Agir fut riche de débats qui se sont poursuivis entre les participant.e.s après la fin de l’événement.