Laboratoires‎ > ‎Laïcité‎ > ‎Outils laïcité‎ > ‎

Zaman France: Un "iftar du vivre ensemble" entre musulmans et chrétiens à Pantin

publié le 4 juil. 2016 à 06:01 par Fédération Française Pour l'UNESCO

Un "iftar du vivre-ensemble" entre les musulmans et les chrétiens

La Plateforme de Paris a organisé le premier de ses dîners traditionnels du Ramadan cette année, à Pantin. Musulmanes, chrétiennes, juives, des personnes de toutes convictions ont eu l'occasion d'échanger sur le jeûne, un rituel commun aux religions abrahamiques.



La Plateforme de Paris et ses différents partenaires associatifs continuent de réunir des Français de tout horizon autour d'une même table et d'une même motivation, le vivre-ensemble. A l'occasion du Ramadan, la plateforme organise depuis de nombreuses années des iftars pour contribuer à une meilleure compréhension de l'autre.

Projection sur le jeûne dans l'islam

Cette année, la FEDIF (Fédération des Entrepreneurs Actifs de France), l’association Nénuphar et l’association d'aide humanitaire, Time to Help France, ont co-orgnisé la première des quatre rencontres qui auront lieu durant le mois de juin. Le thème de la soirée était le jeûne. La soiréé, à laquelle ont participé les représentants des différentes religions, a commencé avec une projection de huit minutes sur le jeûne selon le rite islamique. 

Une minute de silence pour le policier des Yvelines et le massacre d'Orlando

Avant le Ezan, l'appel à la prière qui marque la rupture du jeûne, les invités ont également été invités à respecter une minute de silence en hommage au policier abattu avec son épouse dans les Yvelines et aux 49 personnes abattues à Orlando aux Etats-Unis.

Après le mot de bienvenue du coordinateur de la Plateforme, Nihat Sarier, les représentants des différentes religions ont pris la parole pour décrire le rite du jeûne et son importance dans leurs propres croyances. Le jeûne est en effet une pratique commune aux religions monothéistes même si des divergences existent dans sa forme.

Dirk Kennis, formateur français du mouvement des Focolari

«Ce mouvement (Focolari) réunit deux millions de personnes dans le monde. Ça a commencé dans l'Eglise catholique puis s'est diffusé dans les différentes Eglises en Europe. Le cœur de l'esprit que nous cherchons à diffuser est l'unité par l'amour du prochain, la solidarité, la fraternité et le vivre ensemble. Vivre pour un but qui dépasse les attentes personnelles. Le jeûne, pour nous chrétiens, pour nous catholiques, signifie la purification. Se purifier un peu de tous nos désirs que nous avons et nous limiter à l'essentiel. J'admire vraiment nos amis musulmans car il est toujours permis pour les chrétiens de boire de l'eau même si la personne fait le jeûne le plus strict. Pour la nourriture, il y a des limites mais le sens est vraiment une purification. Se purifier dans sa vie, dans son amour pour Dieu et dans son amour pour son prochain et surtout faire en sorte que les intérêts égocentriques soient mis un peu à l'écart pour que cet amour pour Dieu et pour le prochain devienne, pour un certains temps, aussi pur que possible. Pour les chrétiens, le jeûne est en plus une reconnaissance envers Jésus dont nous avons la croyance qu'il a donné sa vie pour chacun de nous, une sorte de remerciement et de reconnaissance».

Guy Balestier, pasteur de l’Église Protestante Unie

«Le protestantisme est une religion récente, elle date d'il y a 500 ans à peine. L'année prochaine, nous allons fêter les 500 ans du protestantisme. D’abord, c'est clair que je suis très content d'être ici avec vous. Nous avons commencé à avoir des contacts assez réguliers avec les organisateurs et j’espère bien pouvoir, ici, comme je l'ai fait ailleurs, entretenir des relations interreligieuses pour que l'on puisse se connaître et partager ensemble nos convictions religieuses. Le jeûne chez les protestants, c'est un peu compliqué mais très simple à la fois. Parce que les protestants ont un peu balayé beaucoup de choses car ils ont découvert une chose fabuleuse que nous appelons la justification par la foi. C'est à dire que pour être justifié, il n'y a besoin de rien faire mais tout simplement de croire. Et cela libère tout. Si on fait les choses, c'est pour être justifier, c'est pas pour être purifier mais simplement pour dire merci à Dieu. Donc, du coup, ce n'est plus la peine de faire le jeûne si ce n'est que toute notre vie peut être une action de grâce, un remerciement. C'est pourquoi, je me suis retrouvé dans certains éléments qui sont passés dans la vidéo. Pendant le carême chrétien, nous pouvons faire un effort particulier pour vivre autrement».

Père Georges Ouensavi, aumônier de jeunes à la paroisse Saint-Yves et Saint-Lucien

«Moi, j'ai été frappé, durant ma formation, par ma relation avec l'islam. J'ai passé 18 mois en Algérie. Là-bas, je me suis retrouvé avec une population à majorité musulmane. Cela m'a amené à travailler avec des jeunes musulmans et m'a permis de connaître davantage cette religion. Les ruptures de jeûne, j'en ai faites pendant que j'étais là-bas presque tous les soirs du Ramadan car on vivait comme dans le pays. Une fois retourné en France, j'ai poursuivi mes relations avec la communauté. Car on a nos richesses, nos particularités, mais on a des points communs, des choses à apprendre les uns des autres. L'autre peut m'éclairer, sa façon de prier peut m'aider dans ma foi. Je ne vais pas rajouter grand chose sur ce que le frère Dirk a dit sur le carême chrétien. Je me suis retrouvé aussi dans la vidéo, j'ai retrouvé beaucoup de points en commun avec le Ramadan. Moi, je prends trois points essentiels pour les chrétiens catholiques. Je dis qu'il y a la prière, le jeûne et la pénitence. Ces trois points se retrouvaient dans la vidéo. Nous intensifions nous aussi durant le carême la lecture de la Bible, nos prières et notre foi».

Chbibane Fatima, présidente de l'association Rives Méditerranéennes

«Je veux juste dire quelques petits mots. Nous sommes tous des êtres humains, nous sommes tous les fils d'Abraham, ni plus, ni moins. Donc que vous soyez chrétiens, juifs, musulmans, vous êtes tous et nous sommes tous les fils d'Abraham. Notre vie consiste à nous connaître, si nous ne nous connaissons pas, si nous ne faisons aucun effort pour nous connaître et bien tant pis pour nous, nous vivrons isolés et seuls. Est-ce possible de vivre seul au 21e siècle ?».



Comments